Lot N°367

Alfa Romeo Giulia Sprint GT Veloce préparée Groupe 2 • 1966 NON VENDU

Meilleure enchère :Pas d'enchère

Numéro du lot367

Vendeur Johnny P

Vendeur particulier

Langues FR, IT

Lieu où se trouve le lot Vigonovo (Venezia), Italie

Le plus Préparation conforme à une homologation FIA en Groupe 1 et Groupe 2

Et aussi Moteur préparé à roder

Numéro de sérieAR240233

Cylindrée1570 cm3

Nombre de cylindres4

Transmission Manuelle

Nombre de rapports 5

Estimation 45 000 – 55 000 euros

Description

Historique

Proposée à partir de 1966, l’Alfa Romeo Giulia Sprint GT Veloce voyait la puissance de son 1600cm3 double arbres à cames en tête portée à 106cv, offrait quatre freins à disque et une boite à 5 rapports. Voiture de sport efficace, elle séduisit à l’époque de nombreux pilotes grâce à ses prédispositions pour la compétition et demeure aujourd’hui un modèle redoutable que l’on retrouve régulièrement dans le haut des classements de courses historiques.
Ainsi que l’a confirmé le centre des archives Alfa Romeo, cette Giulia Sprint GT Veloce est sortie d’usine le 27 avril 1966, puis fut vendue à Foligno en Italie le 28 février de l’année suivante. Sa livrée était le « verde muschio » tandis que son intérieur combinait tissus et simili-cuir. Puis, préparée pour les courses de côtes, elle serait restée chez Autodelta où elle aurait servi de voiture laboratoire, faute d’être payée par son commanditaire. Bien connue de l’Alfa Racing Club, elle est ensuite passée entre les mains de plusieurs pilotes, courant en Groupe 1 et 2, en course de côte et sur circuit. Elle fut restaurée en configuration groupe 2 afin de participer au centenaire de la Targa Florio de 2016, ainsi qu’à quelques courses historiques en 2017. Cette exceptionnelle Alfa Romeo, parrainée et conduite par l’ancien pilote usine de la marque, Nanni Galli, est suivie depuis près de 40 ans par Ennio Mosca, président de l’Alfa Racing Club et proche de Carlo Chiti, l’ancien directeur général d’Autodelta. Son actuel propriétaire privé l’a achetée en octobre 2019. S’agissant d’un véhicule de compétition, elle est dépourvue de titre de circulation et de contrôle technique, mais dispose d’un passeport FIA de 2013, tandis que sa fiche ACI Sport CSAI est à jour. Elle est, à ce titre, éligible au sein de nombreuses compétitions historiques, à l’image du dynamique Championnat de France Historique des Circuits. La voiture est libre de tout gage.

Extérieur

La carrosserie a été remise en état et repeinte avant la présentation presse de la 100èmeTarga Florio en 2016. Elle arbore une combinaison faite de rouge, de gris et de blanc. Les extensions d’ailes rivetées abritent des jantes Campagnolo en alliage, chaussées de pneus Toyo Proxes R888 dont l’usure est inférieure à 30%. Tous les vitrages, à l’exception du pare-brise, ont été remplacés par des éléments en plexiglas dans un souci d’allègement. Dans cette même logique, les pare-chocs et la roue de secours ont été supprimés ; des anneaux de remorquage ont quant à eux été installés à l’avant et à l’arrière.

Intérieur

La rigidité de l’habitacle est assurée par un arceau 6 points boulonné. En véritable voiture de course, son habitacle a été entièrement vidé pour ne conserver que le nécessaire. Ainsi, l’on prend place dans des sièges baquets Sparco complétés de harnais homologués de la même marque. Le pilote trouve face à lui la planche de bord regroupant une instrumentation complète, fonctionnelle et moderne, tout comme le volant Sparco. Il trouve à sa main droite une console fixée sur le tunnel de transmission qui regroupe les principaux interrupteurs, incluant le coupe- circuit. Enfin, ses pieds sont accueillis par des pédales en aluminium ajouré, ainsi qu’un cale-pied.

Mécanique

En 2017, suite à un problème mécanique, le moteur a été échangé pour un moteur remis à neuf et préparé par Ennio Mosca de l’Alfa Racing Club, avec bielles forgées allégées et pistons compétition. L’admission a été confiée à des carburateurs de 45 prolongés de cornets. Le faisceau de radiateur a été remplacé. A cette occasion, des freins à disque ventilé ont aussi été adaptés, le réglage des trains roulants a été repris et une révision générale a été effectuée. En 2018, l’ensemble de ces travaux fut attesté conforme à la règlementation internationale FIA pour une homologation en Groupe 1 et 2 de la classe CT13, ainsi que le confirme un document présent au dossier. La voiture n’ayant pas roulé depuis, il conviendra de roder cette mécanique qui avoue environ 170 cv au banc.
Il nous a été confirmé qu’Ennio Mosca accepte de poursuivre le suivi de cette voiture qu’il connaît depuis près de 40 ans pour le compte de son futur propriétaire.


Enchères et commentaires

Meilleure Enchère Pas d'enchère
Nombre total d'enchères 0
Nombre total de commentaires 1

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous ou devenez membre