Lot N°426

Rolls-Royce Silver Spirit • 1989 NON VENDU

Meilleure enchère :Pas d'enchère

Numéro du lot426

Vendeur Laloule

Vendeur particulier

Langues FR

Lieu où se trouve le lot Paris (75), France

le plus The Best Car in the World (slogan de la marque)

et aussi Le volant à droite, so British !

Numéro de sérieSCAZS00A6KCH26242

Cylindrée6750 cm3

Nombre de cylindres8

Transmission Automatique classique

Nombre de rapports 3

ESTIMATION 15 000 - 20 000 euros

Description

Historique

Présentées à l’automne 1980, au Salon de Paris, les Rolls-Royce et Bentley de la série « SZ » prenaient la succession des Silver Shadow II, Silver Wraith II et T2, les seules différences entre les deux marques se cantonnant, comme précédemment, aux calandres, logotypes et blasons. Baptisées Silver Spirit en châssis court (empattement de 3,06 mètres) et Silver Spur en version Long Wheel Base (allongée de dix centimètres au bénéfice exclusif des passagers arrière), elles gardaient les codes de la marque tout en revêtant une robe, définie sous la férule de Fritz Feller, qui s’inscrivait indéniablement dans son époque. La Spirit reprenait l’architecture générale de la Shadow apparue quinze ans auparavant. Il s’agissait donc d’une berline trois volumes à quatre portes, animée par un moteur huit-cylindres en V de 6750 cm3 situé à l’avant et entraînant les roues arrière par le biais d’une transmission General Motors Turbo Hydramatic à trois rapports. Si la puissance du V8 n’était alors pas officiellement divulguée par le constructeur, la très sérieuse Revue Automobile suisse, dans son catalogue 1989, l’estimait à 233 chevaux au régime très modéré de 4300 tours/minute.
Dans leur principe, les suspensions dérivaient elles aussi étroitement du système mis au point pour la Shadow de 1965 ayant recours, pour l’essieu arrière, à un correcteur d’assiette automatique sous brevet Citroën. Ce dispositif participait substantiellement au très haut niveau de confort dispensé par la voiture dont, par ailleurs, l’habitacle respectait scrupuleusement les préceptes de la firme : cuir Connolly, moquette haute laine et boiseries strictement authentiques composaient une atmosphère très singulière, comme isolée de toutes les agressions et nuisances du monde extérieur.
L’exemplaire proposé à la vente date du millésime 1989 et, à ce titre, bénéficie de certaines des améliorations introduites tout au long de la carrière du modèle — on songe par exemple à l’injection Bosch, à l’ABS ou aux commandes électriques de réglages des sièges à mémoire situées sur une petite console entre les deux passagers avant. Vendu neuf au Royaume-Uni, ce qui explique sa conduite à droite, et immatriculé en France en 2017, il est aux mains de son propriétaire actuel, le cinquième, depuis octobre 2019. Ce dernier a parcouru un millier de miles sur les 70110 qu’affiche l’odomètre (équivalant à 112000 km), fiables selon lui. L’auto dispose de son manuel d’utilisation dans son étui de cuir, mais le carnet d’entretien et la trousse à outils sont absents. Le dernier contrôle technique date du mois d’août 2019 (photo 084) et la documentation fournie avec le véhicule inclut les rapports du MOT (contrôle technique britannique) depuis 2008. À la connaissance du vendeur, l’auto n’a pas été accidentée. Elle est vendue sans garantie et n’est pas gagée.

Extérieur

De couleur vert anglais, avec des liserés jaunes sur les flancs, la carrosserie a conservé sa peinture d’origine à l’exception du capot, repeint à l’identique en novembre 2017, à l’initiative du précédent propriétaire, par un carrossier morbihannais. L’aile arrière gauche est affectée par une corrosion non perforante (photo 032). L’une des arêtes de toit comporte une légère craquelure de la peinture de cinq centimètres environ (photo 030). Les chromes sont conformes à l’origine. La voiture est équipée de pneumatiques de type Avon Turbosteel de taille 235/70 R15 montés en mai 2019 ; ils sont usés à 30 % et accompagnent des jantes en acier agrémentées d’enjoliveurs dont la partie peinte est assortie à la caisse. La roue de secours est présente et est équipée d’un pneu similaire aux quatre autres.

Intérieur

Réalisée en cuir crème avec passepoils coordonnés à la teinte extérieure (de même que les tapis et moquettes), la sellerie est d’origine. Les cuirs présentent une patine légitime compte tenu de l’âge du véhicule. La voiture est équipée d’un autoradio récent, de marque Alpine, comportant un lecteur de CD et le Bluetooth. Les deux afficheurs digitaux — horloge et température extérieure — situés au centre du meuble de bord sont fonctionnels, de même que le reste de l’instrumentation. Les boiseries participent à l’atmosphère chaleureuse de l’habitacle.

Mécanique

Ni le moteur ni la transmission n’ont fait l’objet d’une réfection. En septembre 2020, l’atelier Paris Londres, à Gentilly a procédé à la réparation du moteur de lève-vitre arrière gauche, à un check-up visuel ainsi qu’à une remise à niveau des fluides. Au mois de mars précédent, le garage Montmartre Automobiles, à Paris, avait effectué le remplacement des plaquettes de freins avant et arrière. Enfin, en août 2018, l’auto a bénéficié d’une vidange moteur avec remplacement des filtres à huile et à air.


Enchères et commentaires

Meilleure Enchère Pas d'enchère
Nombre total d'enchères 0
Nombre total de commentaires 1

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous ou devenez membre