Lot N°445

Porsche 911 Carrera 2.7 RS Touring • 1973 NON VENDU

Meilleure enchère:400 000 €

Numéro du lot445

Vendeur Amédée

Vendeur professionnel

Langues FR, GB

Lieu où se trouve le lot Monaco, Monaco

le plus La mythique Carrera RS...

et aussi … dans la rarissime combinaison de rouge Bahia avec lettrage blanc

Numéro de série9113601025

Cylindrée2687 cm3

Nombre de cylindres6

Transmission Manuelle

Nombre de rapports 5

ESTIMATION 470 000 - 540 000 euros

Description

Historique

Alors que Porsche est auréolé des nombreuses victoires absolues remportées par la célèbre 917 (dont les 24 heures du Mans 1970), la création en 1972 du Championnat d’Europe GT est une cible à la fois sportive et commerciale pour le constructeur allemand. Porsche relève le défi et remporte le championnat dès la première année avec une 2.4 S, mais comprend que la 2.4 ne suffira pas et met en développement une 911 plus performante.
Présentée au Salon de l’Auto de Paris le 5 octobre 1972, la nouvelle voiture prend l’appellation « 2.7 Carrera RS » en référence à sa cylindrée de 2687cm3, à la victoire d’un spider 550 dans l’édition 1954 de la Carrera Panamericana, et à l’abréviation de RennSport. L’augmentation de la cylindrée et de la puissance, l’allègement général, l’amélioration de la tenue de route et du freinage, sont les principales modifications par rapport à la 2.4 S qui sert de base. Si la Carrera 2.7 RS est devenue la plus mythique des Porsche 911, ce n’est pas sans raison. Sa rareté (1590 exemplaires produits), sa compétitivité (210 ch pour moins de 1000 kg sur la balance), sa musique (un moteur chantant jusqu’à 7300 t/min), son palmarès, sans oublier le célèbre petit aileron arrière « en queue de canard » et la décoration latérale arborant fièrement l’appellation Carrera, complètent les atouts de cette Porsche pas comme les autres.
Déclinée en versions « Lightweight » (code M471, allégée) et « Touring » (code M472, confort), elle rencontre immédiatement le succès. En quelques mois, elle est rapidement homologuée en Groupe 4 (Grand Tourisme, 500 exemplaires produits) et bientôt en Groupe 3 (Grand Tourisme de série, 1000 exemplaires). Elle devient ainsi non seulement la nouvelle arme sportive de l’Usine (qui la fera évoluer en 2.8 RSR), mais aussi la monture idéale pour de très nombreux pilotes amateurs qui lui apportent un palmarès enviable. Ainsi, Porsche remporte tous les Championnats d’Europe GT de 1972 à 1976, dernière année où il est couru. Mission accomplie ! Mais c’est aussi une auto très appréciée pour les conducteurs pressés, d’autant que son prix de vente est bien placé face à ses principales concurrentes.
La Carrera RS proposée est une version Touring livrée neuve en Italie en avril 1973 équipée des options 220 (pont autobloquant), 258 (appuie-têtes gauche et droit), 409 (sièges baquets), 438 (inscription Carrera en blanc sur les flancs), 441 (antenne radio électrique et haut-parleurs avant) et 459 (phares anti brouillard jaunes H3). On la trouve ensuite à Monaco puis en France en 2007 où elle est référencée dans le Registre du Porsche Club RS. Elle n’a très probablement jamais participé à des compétitions. Le nombre de propriétaires successifs n’est pas connu, pas davantage que le kilométrage. Elle a bénéficié d’une restauration totale conforme à l’origine en 2006 et fait l’objet d’un essai publié dans le numéro de mars 2007 du magazine RS sous le titre ‘Rouge de plaisir’. Le vendeur, un professionnel établi à Monaco, est détenteur d’un certificat d’immatriculation monégasque. La voiture n’est pas gagée. Le manuel constructeur et le carnet d’entretien sont absents. Le contrôle technique sera passé avant la vente.

Extérieur

La carrosserie a fait l’objet d’importants travaux et a été repeinte dans sa couleur d’origine, le rarissime Rouge Bahia Numéro 1313, Code 022 (on estime à une quarantaine seulement le nombre d’exemplaires produits dans cette couleur). Un anneau de remorquage est fixé sous le pare-chocs arrière. Les jantes Fuchs d’origine, légèrement piquetées, sont équipées de pneumatiques Pirelli P6000 en 195x65 R 15 présentant un taux d’usure de 20%. Le logement de la roue de secours abrite une jante tôle dépourvue de pneumatique.

Intérieur

L’habitacle, avec notamment les deux sièges avant en tissu et skaï à damier et les deux petits sièges arrière, est d’origine. L’ensemble affiche une patine d’usage. L’instrumentation est complétée d’un autoradio Becker Grand Prix. Un coupe-circuit est installé sous la partie droite de la planche de bord, et un extincteur est fixé sur le plancher côté passager. On note l’absence d’habillage et des traces sur la peinture du levier de frein à main (photo 132). Il n’y a pas de trousse à outils.

Mécanique

Le bloc moteur d’origine frappé du numéro 6630994 "matching numbers" accompagne la voiture (photos 137 à 149). Ce bloc est en magnésium et sa fragilité est bien connue des amateurs de RS. Le propriétaire a souhaité le préserver. Il est en bon état apparent, et stocké avec une protection papier-bulle. Le bloc moteur monté est du même type et de la même année que celui d’origine. Le numéro frappé sur ce moteur correspond à celui du moteur 'matching number'. La dernière révision remonte à 2018.
La boite à 5 rapports a fait l’objet d’une restauration. Selon le vendeur, la mécanique dans son ensemble est en parfait état de fonctionnement.
Les deux batteries sont récentes.


Enchères et commentaires

Nombre total d'enchères 1
Nombre total de commentaires 6

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous ou devenez membre