Lot N°576

Austin Mini cabriolet “Arc de Triomphe” • 1992 EN NEGOCIATION

Meilleure enchère:31 500 €

Numéro du lot576

Vendeur PHILAB

Vendeur particulier

Langues FR

Lieu où se trouve le lot Cormeilles en Parisis (95), France

Le plus Un authentique cabriolet « Arc de Triomphe » à la finition exceptionnelle

Et aussi Très, très chic !

Numéro de sérieSAXXL2S1021504725

Cylindrée998 cm3

Nombre de cylindres4

Transmission Manuelle

Nombre de rapports 4

Estimation 38 000 - 45 000 euros

Description

Historique

Durant sa carrière, longue de quatre décennies, la Mini originelle a revêtu plusieurs identités distinctes, de la citadine populaire à la machine de compétition, en passant par la fourgonnette de livraison, le break miniaturisé et chic puis, au soir de sa vie, des déclinaisons de plus en plus élitistes et — il faut bien en convenir — délicieusement snob. C’est le cas de l’une des versions les plus convoitées aujourd’hui, nous voulons parler du cabriolet dit « Arc de Triomphe », ainsi nommé car ayant été proposé de 1990 à 2000 à l’initiative du concessionnaire Rover situé rue de Tilsitt, dans le XVIIe arrondissement de Paris. Il ne faut donc pas confondre cette variante avec le cabriolet « Usine » commercialisé à partir de 1994. La décapotable « Arc de Triomphe » est bel et bien une création artisanale, extrêmement soignée dans les détails, et en recèle donc les charmes — à commencer par la rareté : environ 500 exemplaires seulement ont été produits à l’époque.
S’agissant d’une transformation réalisée à partir des coaches qui furent fabriqués par Rover jusqu’en 2000, celle-ci pouvait se baser sur l’ensemble des motorisations figurant au catalogue de la firme et, en vertu d’un accord passé avec l’importateur français, conservait la garantie et les prestations d’après-vente dans le réseau officiel. Si aucune préparation moteur n’était proposée, l’habitacle de l’auto pouvait cependant bénéficier d’un traitement particulièrement luxueux, comportant une sellerie en cuir véritable et des boiseries réalisées en ronce de noyer, dans la meilleure tradition britannique. Dépourvu de tout arceau (évitant ainsi l’effet « panier de fraises »), le cabriolet « Arc de Triomphe » était équipé de renforts structurels destinés à préserver la rigidité de la coque. C’est tout ce qui fait l’intérêt de cette conversion, très sérieusement conçue.
L’exemplaire proposé à la vente date de février 1992 et est équipé du célèbre quatre-cylindres « A Series » d’origine, ici dans une cylindrée de 998 cm3. C’est son troisième propriétaire qui souhaite aujourd’hui s’en séparer ; après son acquisition en 2013, il a parcouru un peu moins de 5000 kilomètres à son volant, sur les 74323 -non certifiés mais fiables d’après le vendeur- qu’affiche le compteur. Ni garantie, ni gagée, la voiture a fait l’objet d’une restauration intégrale par l’atelier Paris Mini d’Ivry-sur-Seine (photos 079 et 080) dont ont bénéficié la carrosserie et l’habitacle, tandis que la mécanique subissait une révision complète comprenant les freins et les suspensions.
De surcroît, ce lot a été expertisé en août 2019 (photos 081 à 096). Très positives à tous égards, les conclusions du rapport correspondant ont fixé la valeur de l’auto à 40 000 euros.

Extérieur

Peint en noir brillant, ce cabriolet a conservé sa nuance d’origine et ne présente aucune trace de corrosion. Également noire, la capote dispose d’un couvre-capote en cuir, assorti à celui des sièges. La voiture est équipée d’une double sortie d’échappement (photo 057), d’élargisseurs d’ailes, d’une calandre chromée, de phares longue portée et de clignotants avant de couleur blanche, à l’instar des dernières voitures produites entre 1999 et 2000 (photos 001 à 003). Les feux arrière sont également de couleur blanche (photos 006 à 012) et, sur le panneau de coffre, a été fixé un logo « Mini Austin » identique à celui des modèles des années 1960. D’un diamètre de 13 pouces, les jantes Ultralite en alliage léger à déport sont garnies de pneumatiques de marque Yokohama (photos 053 à 056) usés à 20 %. Installée dans le coffre, la roue de secours de 12 pouces, en tôle, est quant à elle équipée d’une enveloppe Pirelli (photo 052).

Intérieur

Réalisée en cuir beige matelassé, la sellerie s’étend jusqu’aux contreportes, aux manchons du levier de vitesses et du frein à main et au sommet de la planche de bord (photos 061 à 078). Cette dernière est réalisée en ronce de noyer, de même que les poignées de portes, loquets d’ouverture et manivelles de lève-vitres (photos 070 et 072). L’instrumentation est complète et fonctionnelle, y compris l’horloge située au-dessus de l’autoradio de marque Pioneer (photo 071).

Mécanique

Sur cette version, le moteur — non catalysé — dispose d’un carburateur SU et développe 42 chevaux. Il est associé à une boîte de vitesses mécanique à quatre rapports. La voiture est ‘matching numbers’. La transmission n’a pas fait l’objet d’interventions particulières. Le dernier contrôle technique date de mai 2021 et la dernière visite d’entretien, effectuée par un garagiste de confiance ami du propriétaire, de moins d’un an ; elle a comporté une vidange et un remplacement du filtre à huile. L’auto a parcouru moins de 700 kilomètres depuis lors.


Enchères et commentaires

Meilleure Enchère 31 500 € par Contre vous
Nombre total d'enchères 5
Nombre total de commentaires 2

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous ou devenez membre