Lot N°617

Jaguar Type E ‘flat floor’ roadster • 1961 CONTACTEZ-NOUS

Meilleure enchère :Pas d'enchère

Numéro du lot617

Vendeur Mpower

Vendeur particulier

Langues FR

Lieu où se trouve le lot Lyon (69), France

Le plus L’une des toutes premières Type E, dans sa version ‘flat floor’ la plus désirable

Et aussi 70000 miles d’origine et un dossier d’entretien complet

Numéro de série875524

Cylindrée3781 cm3

Nombre de cylindres6

Transmission Manuelle

Nombre de rapports 4

Estimation 150 000 – 180 000 euros

Description

Historique

C’est peu dire que la présentation de la Jaguar Type E, au Salon de Genève 1961, a résonné comme un coup de tonnerre. Treize ans après une XK 120 qui avait elle-même défrayé la chronique, la nouvelle sportive de Coventry frappait un grand coup, aussi bien en raison de ses ressources mécaniques et de ses performances que de son dessin, qui suscita jusqu’à l’admiration d’Enzo Ferrari. Très innovante sur le plan stylistique, avec une carrosserie aux relents de fuselage signée Malcolm Sawyer et directement inspirée des Type D de compétition, l’auto faisait également preuve de modernité lorsqu’on examinait sa fiche technique. Avec sa structure monocoque et ses roues arrière indépendantes, la Type E renvoyait sans vergogne les dernières XK 150 à la charmante désuétude de l’après-guerre, tout en démodant plusieurs de ses concurrentes directes. Sous l’impressionnant capot qui, à lui seul, fit couler beaucoup d’encre en raison de sa taille et de la façon dont il basculait tout entier vers l’avant pour donner accès à la mécanique, se blottissait le six-cylindres XK, dans sa cylindrée de 3781 cm3. Surmonté d’une culasse dite ‘straight port’, semblable à celle de la XK 150 S, ce bloc délivrait la confortable puissance de 265 chevaux à 5500 tours/minute, autorisant une vitesse maximale d’environ 240 km/h. Plus rapide par exemple qu’une Aston Martin DB4, la Jaguar avait, de surcroît, le bon goût de coûter deux fois et demi moins cher que sa rivale et, couronnant ses qualités intrinsèques, ce positionnement agressif lui assura d’emblée un grand succès commercial.
La Type E a été déclinée d’office en coupé et en roadster, et c’est à cette seconde variante que correspond la voiture proposée à la vente. Mis en circulation en septembre 1961, cet exemplaire d’origine américaine, immatriculé pour la première fois à Pittsburgh et réexporté vers l’Europe après avoir été acquis lors d’une vente aux enchères à Los Angeles, appartient donc à la première série du modèle. Son possesseur actuel en est le troisième propriétaire, depuis le mois de septembre 2020. Il n’a parcouru que quelques miles sur les 71833 qu’affiche l’odomètre, certifiés par lui. Immatriculée sous le régime de la collection, la voiture n’est ni garantie, ni gagée. Le lot comporte la trousse à outils d’époque, ainsi que la documentation de bord, un dossier d’entretien complet et le certificat du Jaguar Daimler Heritage Trust (photo 047). Le contrôle technique est en cours et son rapport sera fourni à l’acheteur.

Extérieur

Initialement de couleur « Indigo Blue » à sa sortie d’usine, la voiture a été repeinte en rouge durant son itinéraire nord-américain, à une date non précisée. Elle est équipée d’une capote de couleur noire et de jantes fil à écrou central, garnies de pneumatiques de type Avon Spirit ST de 16 pouces, usés à 25 %. La roue de secours, accompagnée du cric, est présente et identique aux quatre autres. On peut remarquer un défaut d’alignement de la capote du côté gauche. La barre de calandre est légèrement déformée (photos 017).

Intérieur

Caractéristique des premiers exemplaires de la Type E, les planchers sont plats (compte tenu de son numéro de châssis, l’auto est l’une des dernières ainsi équipées). Réalisée en cuir noir, la sellerie est d’origine. La voiture possède tous ses accessoires, y compris l’autoradio d’époque, en état de marche, relié à deux haut-parleurs situés sur les flancs de la console centrale. Le panneau central, sur lequel sont fixés quatre cadrans secondaires, le contact et plusieurs interrupteurs, est recouvert d’aluminium bouchonné, autre caractéristique des toutes premières Type E. L’instrumentation est fonctionnelle, y compris l’horloge intégrée au compte-tours.

Mécanique

Le moteur et la boîte manuelle à quatre rapports sont conformes à l’origine et « matching numbers ». Ni l’un ni l’autre n’ont fait l’objet d’interventions récentes. En mai 2021, une révision a été effectuée, comportant une vidange moteur et un contrôle des principaux organes mécaniques.


Enchérir et commenter

Meilleure Enchère Pas d'enchère
Nombre total d'enchères 0
Nombre total de commentaires 2

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous ou devenez membre