Lot N°618

Alfa Romeo Giulia Spider • 1965

Mise à prix:49 000 €

Numéro du lot618

Vendeur Alfa

Vendeur particulier

Langues FR

Lieu où se trouve le lot Lille (59), France

le plus Spider vendu neuf en France, 3 propriétaires d’origine

et aussi 24000 km depuis restauration complète en 2005

Numéro de série376255

Cylindrée1570 cm3

Nombre de cylindres4

Transmission Manuelle

Nombre de rapports 5

Estimation 70 000 – 80 000 euros

Description

Historique

Lorsqu’on évoque le Salon de Paris 1955, c’est le plus souvent la DS qui vient à l’esprit, pour les motifs que chacun connaît. Pour autant, la mythique Citroën n’est pas la seule automobile digne d’intérêt qui ait effectué ses premiers pas cet automne-là : c’est en effet sous les poutrelles métalliques du Grand Palais que le tout nouveau cabriolet Giulietta fit sa première apparition publique. Si le coupé présenté l’année précédente était dû à Bertone, c’est le projet de Pinin Farina qui fut retenu pour la version ouverte de la « petite » Alfa, à l’issue d’une compétition entre les deux carrossiers. Conçue sous l’impulsion du célèbre importateur new-yorkais Max Hoffmann qui, avec la clairvoyance qui le caractérisait, avait perçu le potentiel commercial d’une telle variante sur le marché nord-américain, la Giulietta Spider reprenait le vocabulaire stylistique déjà apprécié sur la Lancia Aurelia B24 — on a connu de plus mauvaises sources d’inspiration ! Animé au départ par le quatre-cylindres double arbre de 1290 cm3 déjà connu dans le coupé Sprint et la berline, le Spider fut rebaptisé Giulia en 1962 lorsqu’il reçut le 1570 cm3 de la berline éponyme, cette évolution mécanique ne s’accompagnant que de modifications de détail sur le plan esthétique, la plus notable étant la large prise d’air sur le capot avant. L’ultime modification significative concerna les freins, qui passèrent des tambours aux disques à partir de 1964.
L’exemplaire proposé à la vente date de 1965, c’est-à-dire de la dernière année de production du modèle. Vendu neuf en France par un concessionnaire de la région parisienne, il a changé de main dans la même année et a fait l’objet, à ce moment-là, d’un échange-moteur. Il se trouve actuellement aux mains de son troisième propriétaire qui l’a acquis en février 2005. La voiture ayant hiberné pendant une vingtaine d’années, ce dernier a procédé à une restauration totale (photo 090) et a, depuis, parcouru 24000 kilomètres sur les quelque 91000 qu’indique l’odomètre, certifiés par le vendeur. La documentation de bord n’est pas présente, mais l’auto, immatriculée en carte grise collection, est accompagnée d’un dossier d’entretien complet (photos 091 à 094) couvrant les seize dernières années. Elle n’est ni gagée, ni garantie. Le contrôle technique date de juin 2020.

Extérieur

Dans le cadre de la restauration mentionnée plus haut, la carrosserie a fait l’objet d’une réfection complète, incluant la réfection de toutes les parties chromées, une peinture neuve dans la teinte « blanc polaire » issue du nuancier Alfa Romeo proposé de 1997 à 2016, ainsi qu’une capote neuve en alpaga noir. L’auto ne présente aucune trace de corrosion. Les jantes de 15 pouces, en acier, sont conformes à l’origine — y compris la roue de secours — et sont garnies de pneumatiques de marque Vredestein usés à 5 %.

Intérieur

Réalisée en cuir de couleur lie-de-vin assortie à la moquette siglée Alfa Romeo, la sellerie a été elle aussi restaurée en 2005 et remplace le Skaï d’origine. Le cuir s’étend jusqu’aux contreportes et au garnissage de la planche de bord, peinte dans la même couleur que la carrosserie. L’instrumentation est complète et fonctionnelle. Un autoradio d’époque (petites et grandes ondes) de marque Radiola est monté, avec antenne d’aile, et fonctionne parfaitement. Un extincteur est à bord.

Mécanique

Remplacé en 1965 par le concessionnaire de la marque, le moteur n’est donc pas ‘matching number’, mais il est conforme au type d’origine. Il s’agit bien du bialbero de 1,6 litre, alimenté par un carburateur Solex double corps et développant 92 chevaux à 6200 tours/minute. L’actuel propriétaire de l’auto a fait procéder à sa réfection complète (factures à l’appui), exclusivement à l’aide de pièces d’origine Alfa Romeo. Ont ainsi été renouvelés les chemises et pistons, les coussinets de bielle (première côte), le volant moteur et l’embrayage. Il est servi par une boîte mécanique à cinq rapports tous synchronisés, sur laquelle un spécialiste est également intervenu en remplaçant les synchros et les roulements. La dernière révision date du mois de juin 2020. Elle a inclus les vidanges du moteur, de la boîte et du pont, le remplacement des amortisseurs avant par des unités de marque Koni, des silent blocs du pont et du train arrière, et du flector de l’arbre de transmission.


Enchérir et commenter

Enchère en cours Pas encore d'enchère

Nombre total d'enchères 0
Nombre total de commentaires 0

Enchérir

ENCHÈRE EN COURSPrix de départ : 49 000 €
Lorsqu'un enchérisseur porte une enchère inférieure au prix de réserve, il en est informé. Il peut alors surenchérir sur lui-même jusqu'à atteindre le prix de réserve. Cela explique les enchères successives par un même enchérisseur.
Lorsque deux enchérisseurs portent une enchère automatique avec le même plafond, les deux enchères, identiques, seront affichées et celle qui sera retenue sera celle reçue en premier.

Temps restant
Pendant les deux dernières minutes des enchères, l'horloge se réinitialise à deux minutes après chaque nouvelle enchère. Cela se répète jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'enchère et que la vente se termine.

Fin des enchères 01/11/2021 11:30:00

Entrez votre enchère
OU
Entrez votre plafond

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous ou devenez membre