Lot N°681

Peugeot 905 Spider • 1993

Mise à prix:43 000 € Enchères à venir

Numéro du lot681

Vendeur philippeN

Vendeur particulier

Langues FR

Lieu où se trouve le lot Montauban (82), France

les plus 3ème au Championnat Spider Cup 1993, engagé par Oreca

et aussi 130 km parcourus depuis mise à niveau, avec nombreux composants mécaniques neufs

Numéro de sérieMK68 n°03

Cylindrée1905 cm3

Nombre de cylindres4

Transmission Manuelle

Nombre de rapports 5

ESTIMATION 65 000 – 80 000 euros

Description

Historique

La marque au lion a depuis ses débuts entretenu une passion pour le sport automobile en en faisant son laboratoire roulant. La 905 fut un bolide emblématique des années 90 en course d’endurance, grâce à sa victoire aux 24 Heures du Mans en 1993. De ce prototype d’endurance sera parallèlement dérivée en 1992 une version spider destinée au championnat monotype européen Spider Cup, au moteur moins poussé, plus légère, et bien sûr sans toit ni vitre. Ces véhicules sont extrêmement rares, puisque seulement 28 châssis ont été assemblés de 1992 à 1993. Celui-ci est d’autant plus exceptionnel qu’il est le troisième des 6 châssis MK68 produits par Martini en 1993 dont il ne reste que 5 exemplaires en existence. Cet exemplaire acquis par la prestigieuse écurie Oreca a terminé à la 3ème place du championnat en 1993 après avoir obtenu les résultats les plus réguliers de la saison. Bien qu’en très bon état esthétique et mécanique, elle fait alors l’objet d’une remise à niveau complète incluant le changement du moteur et des pignons de boîte. Elle sera vendue 3 ans plus tard à un pilote de renom qui participera à une course de côte et effectuera 100 Km à son volant. Il la revendra à un collectionneur qui la cédera à son tour, sans s’en être servi, à son propriétaire actuel en 2012. Ce dernier roulera 30 kilomètres sur le circuit de Pau à la suite d’une révision générale effectuée en mai 2018 et détaillée dans la partie Mécanique.
Cette 905 est motorisée par un moteur Peugeot XU9J4, un quatre cylindres en ligne de 1905 cm3 avec bloc en aluminium, culasse à double arbre à cames en tête et 4 soupapes par cylindre, monté en position longitudinale en avant des roues arrière. Il développe une puissance comprise entre 220 et 230 chevaux à 7500 t/min, pour un couple de 21 mkg à 6000 t/min. Cette puissance est transmise par une boîte de vitesses Hewland de type F3A à 5 rapports dotée d’une marche arrière. Le freinage est assuré par des freins à disques ventilés Brembo à 4 pistons. Ces organes de course reposent sur un châssis en alliage d’aluminium, matériau léger qui fera revendiquer à la voiture seulement 525 kg sur la balance.
Pour un pilote aguerri ou un collectionneur, cet engin d’exception constitue une rare opportunité. Son utilisation se cantonnera au roulage sur piste mais il existe de nombreuses occasions de se faire plaisir : outre les track days, la 905 Spider est en effet aujourd’hui homologuée pour les courses en VHC et en championnat de France Historique des circuits FFSA et autres.
La voiture sera livrée avec son manuel d’utilisation, ainsi les manuels d’origine des ateliers Peugeot Talbot Sport d’époque concernant la gestion moteur et des périphériques. Un certificat de vente de l’ancien propriétaire est également disponible.

Extérieur

Les formes lisses, réduites à l’essentiel et privilégiant l’aérodynamisme ainsi que l’appui grâce à sa lame avant et son immense aileron arrière estampillé Peugeot, participent à l’ambiance course du véhicule. La position centrale de conduite offre une silhouette unique et minimaliste en plus d’offrir une vision optimale à son pilote. Sa livrée d’usine Peugeot sport est fièrement mise en valeur grâce aux bandes rouge, bleue et jaune de la firme courant le long de ses flancs et à l’avant. Le sponsor principal, Shell, est affiché sur le capot avant, tandis que les autres sponsors et fournisseurs sont présents au niveau des jupes latérales et sur la bulle arrière. Les panneaux de carrosserie amovibles en fibre composite ne pèsent que 35 kg. Les jantes en magnésium extrêmement rares sur le marché privilégient la performance. Les pneus actuellement montés sont des slicks Michelin d'époque et sont donc à changer. Leur remplacement peut être fait soit avec une monture Michelin SD7 de dimension 20/59/15 à l’avant et 23/62/16 à l’arrière, soit par des Avon en 190/570/15 à l’avant et 240/600/16 à l’arrière.

Intérieur

Le cockpit en position centrale arrière de cette monoplace est uniquement pensé pour la performance et se passe de tout artifice. Derrière le volant course Sparco, l’instrumentation indique ce qu’il importe de savoir sur la piste : le régime moteur, puis la température de l’eau et de l’huile, la pression d’huile, ainsi que la répartition avant/arrière du freinage. On note également la présence sur la gauche d’un coupe-circuit. Avec l’objectif d’économiser un maximum de poids, l’habitacle se passe de tout élément superflu laissant tout juste la place pour son siège baquet et ses harnais Sparco.

Mécanique

A la fin de son engagement en compétition, l’écurie Oreca effectue une première remise à niveau du véhicule comportant le changement du moteur ainsi que de la pignonnerie de la boîte de vitesses.
Une révision générale, effectuée par le propriétaire actuel en 2018, a compris les travaux suivants :
● La vérification complète moteur au niveau des cylindres et soupapes
● La vidange moteur et boîte
● Changement des bougies
● Le nettoyage des injecteurs aux ultrasons
● Distribution complète, courroies (distribution et pompe à huile) et galets neufs
● La pose d’une nouvelle pompe à eau
● Le changement des tuyaux et durites
● La révision complète du circuit de refroidissement
● La révision et réglage de la boîte
● Le changement du câble d’accélérateur
● Le changement du faisceau électrique
● La révision du tableau de bord
● Le changement des plaquettes et disques
● Le changement du maître-cylindre de freins
● L’installation d’un réservoir homologué FIA d’origine neuf sur mesure
● Le changement de la pompe à essence
● La purge des freins
● Le changement d’embrayage
● La pose de harnais homologués
● Et d'autres !
Afin d’en faciliter l’exploitation, le propriétaire actuel a également choisi d’opter pour les modifications suivantes, toutes deux réversibles :
● La pose d’un ventilateur de refroidissement
● L’ajout d’un alternateur pour éviter d’ôter la carrosserie pour changer les batteries ou encore pour démarrer la voiture sans batterie annexe.
Depuis cette révision, la voiture n’a parcouru que 30 kilomètres.
Petite anecdote : le moteur possède encore le plombage officiel de Peugeot Talbot Sport de la saison 1993.
En outre, les pièces suivantes font partie du lot :
● 2 échappements d’origine neufs (un libre en inox Devil et l’autre avec silencieux)
● Une batterie annexe externe avec la prise adaptée
● 2 lève-rapides (avant et arrière)
● 3 disques de freins
● Plusieurs plaquettes de freins
● Un collecteur d’échappement
● Un boîtier électronique gestion moteur Magneti Marelli
● 8 jantes avec pneus montés (4 slicks + 4 pluie) sur jantes Technomagnesio, très recherchées
● 4 jeux de ressorts de suspension supplémentaires
● 4 push rods (bras de suspension)
● 7 triangles de suspension neufs (avec au moins une rotule sur chacun)
● Plus différents documents techniques sur le moteur et la boite, plaquettes promotionnelles...


Enchérir et commenter

Enchères non commencées
Nombre total d'enchères 0
Nombre total de commentaires 3

Enchérir

Temps restant
Pendant les deux dernières minutes des enchères, l'horloge se réinitialise à deux minutes après chaque nouvelle enchère. Cela se répète jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'enchère et que la vente se termine.

Fin des enchères

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous ou devenez membre