Lot N°756

Austin Healey 3000 Mark II • 1963

Meilleure enchère :Pas d'enchère

Numéro du lot756

Vendeur Stbouvy

Vendeur particulier

Langues FR, GB

Lieu où se trouve le lot Namur, Belgique

Le plus Une très belle restauration pour l’un des roadsters anglais les plus mythiques

Et aussi Un exemplaire optimisé mais respectueux de son identité

Numéro de sérieHBJ7L24638

Cylindrée2912 cm3

Nombre de cylindres6

Transmission Manuelle

Nombre de rapports 4 + overdrive

Estimation 55 000 – 70 000 euros

Description

Historique

Si le parcours de la « Big » Healey a commencé dès 1953 avec la 100, c’est bien la 3000, apparue six ans plus tard, qui incarne l’apogée de cette série archétypale. Conçu sous la férule du pilote et ingénieur Donald Healey, associé pour l’occasion au groupe BMC — propriétaire d’Austin —, ce roadster présentait des caractéristiques typiques d’une espèce à l’épanouissement de laquelle il aura amplement contribué. Long capot suggestif (et indispensable pour abriter le six-cylindres en ligne indissociable du modèle dès 1956), habitacle exigu rejeté à l’aplomb de l’essieu arrière, capote rudimentaire et grandes roues fil semblant littéralement dévorer la carrosserie, la « Big » tenait autant qu’elle promettait, car la séduction de l’ensemble ne se cantonnait pas à l’esthétique. En effet, s’il ne présentait aucune sophistication particulière, notamment en comparaison du bloc Jaguar XK, les vocalises évocatrices du moteur faisaient oublier ses origines roturières dès que l’on prenait place à bord de l’engin qui dispensait généreusement un lot de sensations toujours aussi réjouissantes de nos jours. À l’époque, peu de firmes associaient les ressources d’un « straight six » aux joies de la conduite cheveux au vent et plus d’un « sportsman » a cédé aux charmes de cette auto si plaisamment gréée.

La longévité du modèle, construit durant près de quinze ans, s’est nourrie d’un très grand nombre d’évolutions techniques, dissimulées toutefois sous une physionomie globalement inchangée. Il faut l’œil d’un spécialiste pour discerner les quelques modifications ayant jalonné la carrière de la « Big ». Ainsi, la 3000 Mark II, présentée au printemps 1961, affichait une nouvelle grille de calandre ainsi qu’une prise d’air sur le capot. D’origine californienne et immatriculé pour la première fois en 1963, l’exemplaire proposé à la vente (l’une des dernières Mark II) est actuellement entre les mains de son troisième propriétaire qui en a fait l’acquisition en mars 2013. La voiture avait été immobilisée pendant deux décennies. Le vendeur a alors entamé une restauration complète confiée à divers professionnels. Elle a duré de 2014 à 2019 et a coûté environ 85000 € — dossier complet et factures à l’appui (photos 081 à 116). À l’issue de celle-ci, l’odomètre a été remis à zéro et totalise 2130 kilomètres à ce jour. Ni gagé, ni garanti, et immatriculé en collection, ce lot comprend la documentation de bord et un certificat établi par le British Motor Heritage Trust. Le contrôle technique date du mois de juillet 2019.

Extérieur

L’auto bénéficie du confort apporté par les vitres descendantes et la capote plus facilement maniable introduites en 1962. Intégralement peinte en « Ice Blue » à sa sortie d’usine, elle arbore depuis sa restauration une livrée bicolore combinant sa nuance d’origine au « Old English Ivory » que l’on retrouve sur ses flancs. Les travaux ne se sont pas bornés à la peinture, apposée sur une couche antirouille : la partie arrière de la carrosserie est neuve (photo 114) et toutes les autres pièces ont bénéficié d’un sablage, de même que le châssis dont certains éléments corrodés ont été remplacés. À la place des quatre jantes d’origine, on trouve des jantes chromées à rayons, chaussées de pneumatiques Vredestein Sprint Classic pour ainsi dire neufs de dimensions 185R15 91V. La roue de secours d’origine garnie d’un pneu Michelin XAS 180R15 a quant à elle été conservée (photo 041). De couleur bleue, la capote et le couvre-capote ont été réalisés en tissu mohair. Un tonneau-cover en matière synthétique de couleur bleue est également présent.

Intérieur

Restauré dans le respect de l’origine, l’habitacle a reçu de nombreuses pièces neuves : les éléments décoratifs du tableau de bord, la moquette (à l’instar de celle du coffre), les mousses ainsi que le garnissage des sièges avant et arrière, en cuir bleu, ont ainsi été remplacés. Des plaques anti-chaleur ont été ajoutées dans le compartiment moteur et sur le châssis le long du début de la ligne d'échappement, côté conducteur, pour isoler l’habitacle notoirement chaud des Austin Healey. La même opération a été réalisée sur le tunnel de boîte de vitesse. Flanquée d’un élégant volant en bois de marque Moto-Lita, l’instrumentation a été remise en état et est donc entièrement fonctionnelle ; le combiné regroupant la température d’eau et la pression d’huile est neuf (photos 058 et 140).

Mécanique

La voiture est « matching numbers ». Le six-cylindres de 2,9 litres et la boîte à quatre vitesses et overdrive ont fait l’objet d’une réfection intégrale de 2018 à 2019. Les carburateurs ont été remis entièrement à neuf, le faisceau électrique a été remplacé dans son ensemble. En passant, la mécanique a été optimisée à divers égards : montage d’un ventilateur électrique, d’un allumage électronique, d’un servo-frein et d’amortisseurs à gaz Bilstein. Le système de freinage a également été remis en état. Une vidange moteur et un graissage complet ont été effectués en 2020 par l’atelier Retro Cars sis à Temploux (Belgique), qui s’est également chargé de divers travaux de finition réalisés entre 2019 et 2021.


Enchérir et commenter

Meilleure Enchère Pas d'enchère

Nombre total d'enchères 0
Nombre total de commentaires 4

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous ou devenez membre